Il y eut ce train, ces trains plutôt. Trois. Gare, billet présenter. Quérir sa place, la 880. Voiture, 18, ces sièges débordés, des mains, des jambes, des enfants ; leurs cris. Tâter mon sac, mes poches en quête du rectangle plastique, cette boîte,  étui à pilules, moussues, de silence ; les vriller ces bouchons d’oreilles et les glisser, délicat dans le geste. Atmosphère sonore tamisée, résurgence de ces sons, ces bruits, imperceptibles. Impacts des os, ceux de mes doigts,  clavier. Ceux du talon, aussi, au moindre pas.

Il y eut cette vitesse, progressive, défilement, mouvance du paysage qui happe, déroule ces fils dont on suit le cheminement statique, hypnotique, à chaque jonction, entremêlement de lignes, fluide,  elles s’embrassent, puis ces stops, brusques, itératifs, pylônes où les lignes, plus ou moins tendues, sillons gravés au ciel, reprennent,  sursaut oculaire, dans l’encadrement du hublot ferroviaire.

27 Juillet 2016

Ahmed Slama

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s