… ces fatigues, ces douleurs, emploi nouveau quêter de quoi vivre, j’avais opté pour ces travaux de nuits, libérer mes jours pour des buts autres, quoi ? et puis de ces incidents, concéquents que l’on aimerait reléguer au fait simple, au fait divers, à la série noire, pourtant quoi ?

… celui-ci était trop… non pas de trop, pour les classes les plus dominées, jamais rien n’est de trop, trop humble qu’elles sont, elles à qui l’on appris la soumission, cette école d’abord, la loi, les lois respecter, qu’il y a de ces institutions, qu’elles sont enveloppées d’une éthique dénuée de tout ancrage, d’une éthique pure, le leurre, ce mirage, voile entretenu, il y a cette historicité ingorée de la police, ce fun sécuritaire, on se gausse, on se marre, tous ces flux, écrits, vidéos qui dressent de ces portraits, justiciers droits, et l’on s’y prend, et l’on s’y perd, un matin, pas vrai Sabah ?

                                                                                                  février 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s