Ahmed Slama, Angoisse, Journal banal, mémoire, Numérique, Paris 8, souvenir, Université

Il y eut… ce signe

 

… il y eut ce retour, tout avait commencé par cet exil, sud de la France, ces trains, rudesse d’emploi du temps, une fuite en somme, fuir quoi ? et l’angoisse, progressive, celle du lien rompu, qu’en adviendra-t-il ?

… je dus pourtant revenir, cette angoisse, retrouver le lieu, ce lieu, stupeur, ce monde autour, leur mouvement permanent, et puis, silence de bibliothèque, on me reconnaitrait, certains me reconnaîtraient, où t’étais, comment, pourquoi ?

… mais avant même d’en franchir le seuil, cette université, il y eut ce signe, flèche anodine, quoi ? parmi cette inscription ternaire, là en bas, base du triangle, flèche qui recelait cette violence, années 80,  expulsion, fracas, cheminement avorté celui d’une histoire, sa singularité, expérimentation, flèche marquant la fin-mutation, assagissement, n’y laisser que résidus, là, ci-gît Vincennes, à Saint-Denis,

 

Janvier 2017

img_20170117_095355

Ahmed Slama, Appartement, Atmosphère, Journal banal, Juillet, mémoire, souvenir

Il y eut… cette reprise

Il y eut ce code d’abord, en bas, souvenir vague de la combinaison. Mémoire réflexe. Non pas les chiffres, les lettres à composer, mais ce mouvement de la main. Ce tracé. Le bouton, coin supérieur, ; inférieur. Grésillement familier, oublié, nappé par ce pan temporel.

Il y eut ces marches ensuite, leur hauteur, leur largeur, brumeuses en mémoire, elles s’épaissirent, progressives, ascension. Cette hésitation aux premières, avant que la mécanique charnelle ne reprenne ; rythmique gestuelle.

Il y eut cette serrure, aussi, l’angle, glisser la clé, cliquetis, tentatives vaines, et toujours ce ressouvenir des membres, des sensations, d’agir, cliquetis ; ouverture, cet appartement sous le crayon, hasardeux de la pénombre, formes vagues conformes aux représentions, lointaines, et sous l’émoulage de la lueur, interrupteurs claqués, surgissement de ces nuances oubliées, fêlure d’un carreau, blanc, salle de bain ; on est chez soi…

 

27 Juillet 2016

Ahmed Slama

Ahmed Slama, Journal banal, Juillet, Non classé, Sud, train, voyage

Il y eut… ce mouvement

Il y eut ce train, ces trains plutôt. Trois. Gare, billet présenter. Quérir sa place, la 880. Voiture, 18, ces sièges débordés, des mains, des jambes, des enfants ; leurs cris. Tâter mon sac, mes poches en quête du rectangle plastique, cette boîte,  étui à pilules, moussues, de silence ; les vriller ces bouchons d’oreilles et les glisser, délicat dans le geste. Atmosphère sonore tamisée, résurgence de ces sons, ces bruits, imperceptibles. Impacts des os, ceux de mes doigts,  clavier. Ceux du talon, aussi, au moindre pas.

Il y eut cette vitesse, progressive, défilement, mouvance du paysage qui happe, déroule ces fils dont on suit le cheminement statique, hypnotique, à chaque jonction, entremêlement de lignes, fluide,  elles s’embrassent, puis ces stops, brusques, itératifs, pylônes où les lignes, plus ou moins tendues, sillons gravés au ciel, reprennent,  sursaut oculaire, dans l’encadrement du hublot ferroviaire.

27 Juillet 2016

Ahmed Slama

Ahmed Slama, Journal banal, Juillet, Non classé, Numérique, Prothèses, Sud

Il y eut… au revoir

Il y eut cette lumière, méridionale, qui tout assombrissait. Une étreinte, à proximité des remparts. Salut du ballet voiturier. L’œillade appuyée sur ses seins,  que diaprait le tissu sombre, diaphane, les graver, ces deux monts, leurs formes, ce grain de beauté, surtout, posé.

Il y eut des promesses. Voix embrumées ; humeurs désolées. L’absence, cette absence réciproque, on la comblerait, prothèses numériques ; communications web, courriels et messageries instantanées. Vivre par ces yeux ; écrans vitreux, par ces sons ; grésillements de haut-parleurs. On s’en contenterait, quoi de mieux ?

27 Juillet 2016

Ahmed Slama

Ahmed Slama, Atmosphère, Journal banal, Juillet, Route, Sud

Il y eut… ce voyage

Il y eut cet éveil, précipitation brumeuse. Froid de juillet, celui d’un soleil encore absent. Attente, parking attenant, cette rencontre. Puis la route que déroulait la gomme striée. Autoroute du soleil, son bitume qui s’échauffait jusqu’à la pente, là-bas, mer. Marseille.

Il y eut ces terrasses, leurs serveurs indolents aux langueurs déférentes, l’absence de wifi, de son code quelques fois. Il s’agissait d’en user, quête de ces bestioles mercantiles ; vapeurs, violettes, qui se matérialisèrent, boule obscure, rongée de sclérotique. Spectre de mes turpitudes paperassiéres ?

Il y eut cette plage. Je les y attendais. Pas d’ondes numériques. Seule la brise sablonneuse. Elles vinrent et s’assirent devant, voiture. Ces sœurs. Quelques palabres précautionneuses. Je dormis sans rêve jusqu’au parking premier ; elles ? poursuivirent, moi ? je rentrai, ville des papes ; train Paris.

27 Juillet 2016

Ahmed Slama